we sign it - Non à la

Non à la "Tour infernale", ni à Gennevilliers, ni ailleurs !

Malgré l'absence de toute concertation, la Mairie de Gennevilliers a donné le permis de construire, publié le 6 octobre, à un projet de tour de 15 étages, presque 40 mètres, au promoteur Nexity, le même qui a échoué à constuire des tours à Paris.

Réunis le 27 octobre en asssemblée, les habitants de plusieurs quartiers de Gennevilliers ont dit leur opposition à cet urbanisme inhumain qu'ils ont déjà subit dans les années 1970, par exemple dans les quartiers des Grésillons, du Luth et des Agnettes.

Ils demandent à la mairie une réunion avec Nexity pour discuter : d'un moratoire immédiat sur les ventes et les travaux ; d'une annulation du permis de construire et l'engagement de Nexity de ne pas demander de dédomagement ; l'ouverture d'une concertation selon des modalités dicutées avec le collectif des habitants.

Monsieur le maire, Monsieur Patrice Leclerc, 

 

Le 6 octobre a été publié le permis de construire que vous avez accordé sans concertation aucune (en dehors de celle pour le PLU)  pour ce projet du promoteur immobilier Nexity d'une tour de 15 étages et près de 40 mètres de haut. Nexity, qui a échoué à construire des tours à Paris, tente de se refaire sur le dos des banlieues populaires.

Réunis le 27 octobre en assemblée, à l'initiative des habitants du HLM ILN Gabriel Péri, des habitants des quartiers des Agnettes, de l'Ecoquartier, des Grésillons et des autres quartiers ont exprimé leur colère face à ce projet de "tour infernale". 

Ce projet répète les erreurs tragiques de la fin des années 70. Tours, grands ensemble, densification : cet urbanisme à taille inhumaine, les habitants de Gennevilliers et d'ailleurs l'ont déjà trop payé dans le passé, par exemple aux quartiers du Luth, des Grésillons ou des Agnet. Cette architecture est inadaptée au voisinage, elle écrase de sa taille les nouveaux bâtiments de l'écoquartier, brise l'harmonie du paysage et pénalise les plus populaires des habitants. 

« Appartements avec vue sur Paris » dit le panneau publicitaire à côté du bureau de vente. Oui, mais vue volée aux locataires des logements sociaux. En effet, les habitants de l'ILN Gabriel Péri, 100% logement social, seront dorénavant à l'ombre une grande partie de la journée. Certains ont déjà perdu leur vue sur Montmartre avec la construction d'un premier immeuble de onze étages, ils seront encore plus nombreux demain. 

Monsieur le maire, à combien estimez-vous le préjudice financier du vol d'un paysage, le rare luxe des habitants de ce quartier de logement social qui vieillit et qui attend toujours la rénovation qu'ont déjà connu tous les autres quartiers de Gennevilliers ? 

Prendre aux pauvres pour donner aux riches, est-ce votre conception de la justice sociale et de l'humain d'abord ? 

Ce projet ne permet en rien ni la « mixité sociale », ni la réponse à « loger les gennevillois » que vous revendiquez : avec des appartements à 300 000 euros pour un 3 pièces en moyenne jusqu'à plus de 500 000 euros pour des plus grands, ils seront inaccessibles à la très grande majorité des habitants de Gennevilliers et des villes environnantes, même des classes moyennes. En revanche, trop cher pour les classes populaires et moyennes, ils seront bons marchés par rapport à Paris pour des spéculateurs qui voudraient acheter pour louer. 

De plus, cette augmentation de la population de presque 300 personnes dont sans doute 100 enfants n'est pas compatible avec l'offre de services publics actuels : les lignes de bus et le métro 13 qui desservent la futur tour sont déjà saturés, l'école de quartier également. 

Monsieur le maire, votre équipe municipale s'oppose aux côtés des habitants à un projet similaire de "tour infernale", aux frontières d'Asnières et Gennevilliers. Prenez vos responsabilités ici aussi !

Nous vous demandons une réunion avec le promoteur, le collectif des habitants opposés au projet, pour discuter de :

- L'annulation du permis de construire (qui n'aurait jamais du être délivré puisqu'il n'y a pas eu concertation sur ce projet) et l'engagement de Nexity à ne pas demander de dédommagement à la ville, 
- Un moratoire immédiat sur les ventes et les travaux le temps qu'aient lieu ces premières discussions puis la concertation, 
- Une vraie concertation selon des modalités construites avec le collectif des habitants opposés à la tour. 

Monsieur le maire, il y a tellement d'autres choses à faire à cet endroit pour réponses aux besoins de vos administrés : un centre social, un gymnase, un jardin, une pépinière pour les jeunes créateurs d'entreprises, des locaux associatifs…

Les habitants ont des idées, ils veulent construire la ville en commun, ils ont droit à la ville et à une ville agréable, aérée, non-densifiée.

Notre ville : pas sans nous, pas contre nous !

Signer

Diffusez auprès de votre entourage